BRIC-À-BRAC




Une histoire du roux

Le roux est une couleur se situant entre l’ocre et le rouge. C’est un rouge terreux. Il évoque les flammes, le feu, et c’est pourquoi on parle parfois de « roux ardent ». Le roux ne représente pas n’importe quel feu : il symbolise le feu impur, celui de la terre : c’est une couleur chthonienne.

Les anciens Égyptiens représentaient le dieu Seth, dieu du Mal, comme roux. D’ailleurs on le surnomme parfois Seth le Rouge. Dans la mythologie, Seth est le frère d’Osiris. Ce dernier est marié à Isis, sa propre sœur (donc aussi la sœur de Seth). Jaloux de son frère qui règne sur l’Égypte, Seth imagine un stratagème pour s’en débarrasser. Il organise une fête et promet un magnifique et somptueux sarcophage à celui dont la taille correspondra parfaitement. En réalité, il a été fabriqué aux mesures d’Osiris. Lorsque ce dernier s’allonge dans le cercueil, Seth le referme aussitôt et le jette dans les eaux du Nil.

Mais Isis parvient à retrouver son époux et dissimule son corps dans des papyrus. Malheureusement, Seth retrouve le cadavre et cette fois, le découpe en plusieurs morceaux qu’il éparpille aux quatre coins de l’Égypte. Cependant, Isis, obstinée, réussit à rassembler tous les morceaux et recompose le corps de son défunt époux en le momifiant. Elle le ressuscite même et lui redonne ses moyens sexuels. De ce moment va naître leur fils, le dieu-faucon Horus.

Devenu grand, Horus affronte Seth. Finalement, Horus devient roi de l’Égypte. Quant à Seth, il règnera sur le désert. Or, « désert » en arabe se dit dashre, ce qui signifie « terre rouge ». Notons au passage que si les Égyptiens ont inventé un tel dieu – Seth est dieu de l’anormal, du trouble, de tout ce qui est désordonné –, c’est parce qu’ils n’imaginent pas un monde parfait.

Plutarque raconte que lors de certaines fêtes en l’honneur de Seth, on n’hésitait pas à maltraiter des roux en les jetant dans la boue.

Dans l’Égypte antique les roux sont donc mal vus. Le pharaon Ramsès II – qui règne de 1279 à 1212 av. J.-C. environ – n’annonçait donc rien de bon lorsqu’il monta sur le trône. En effet, ses ancêtres étaient issus de la même région que Seth. Surtout, il était roux. Mais Ramsès transforma le culte de la divinité et fit de celle-ci l’image du Mal nécessaire pour combattre les ennemis de l’Égypte.

Ce côté négatif de la couleur rousse est repris par le christianisme dont la tradition veut que Judas, celui qui a trahi Jésus, ait été roux.

Pour résumer, le roux symbolise le feu infernal, le feu de la terre, le feu d’ici bas qui consume les hommes. Il représente la passion du désir – n’utilise-t-on pas quelques fois l’expression « un désir brûlant » ? – et les délires de la luxure.

   

 

Quelques compléments

Adam vient de l'hébreu "adama", ce qui signifie glaise... qui est la couleur dont on parle.
Le roi David était également roux. Son histoire avec Bethsabée, la femme d'Urie (2e livre de Samuel, chap. XI) corrobore la violence de sa libido.
Enfin, en afrique, un enfant roux est un signe de bénédiction.